16/10/2006

Nous n'avons jamais tant aimé que ces inutiles instants fortuits, dont la durée éphémère se perdait dans l'étendue infinie de la mémoire.

 

 

 

13:00 Écrit par fgrigobox dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

... Rien ne se perd de ce qui nous transforme.

Écrit par : k | 18/10/2006

Les commentaires sont fermés.